mardi 28 janvier 2014

Gasy, vazaha, zanatany, métisses, karana, merina, côtiers etc...



---> Définition "Malgache" : malgache, adjectif
*Sens 1 De Madagascar [Géographie].
malgache, nom
*Sens 1 Habitant de Madagascar [Géographie]. - malgache, nom masculin -
*Sens 2 Langue parlée à Madagascar [Linguistique].

---> Zanatany : L'appellation zanatany est née au lendemain de l'indépendance de Madagascar en 1960. Est appelé zanatany, toute personne née à Madagascar d'origine étrangère, quelle que soit sont origine et le temps qu'il passe à Madagascar. En d'autres termes, les familles étrangères résidant à Madagascar même depuis des décennies, ne sont pas considérees comme zanatany, si leur mère a préféré accoucher à l'extèrieur. En revanche, un enfant né à Madagascar même s'il quitte le pays le lendemain, pour ne plus jamais y revenir est considéré comme zanatany.

On l'oublie souvent, les communautés chinoises et indiennes présentes à Madagascar font aussi partie des zanatany. Les Chinois sont venus dans les années 20 pour construire les routes et les chemins de fer et les Indiens surtout pendant la colonisation. Les Chinois se sont plus métissés avec les Malgaches et les Indiens sont surtout restés entre leurs communautés religieuses.

Les Africains, venus pendant la période de l'esclavage pour travailler dans les plantations ont fini par se mélanger aux Malgaches surtout dans le nord ouest au point qu'ils ont oublié leurs origines. Il en est de même des Arabes venus s'installer dans le Sud-Est. Leur présence date du XVe siècle. Ceux venus du moyen Orient (Syrie, Albanais) dans les années 30, pour le commerce ont quitté le pays au lendemain de l'indépendance du pays ou ont adopté la nationalité malgache
(source du paragraphe article : les nouvelles)

---> Diaspora :Trois caractéristiques essentielles :

1.la conscience et le fait de revendiquer une identité ethnique ou nationale.
2.l'existence d'une organisation politique, religieuse ou culturelle du groupe dispersé (vie associative).
3.l'existence de contacts sous diverses formes, réelles ou imaginaire, avec le territoire ou le pays d'origine (l'intégration d'un groupe diasporé ne signifie pas l'assimilation dans le pays d'accueil).

---> Ethnique : Une ethnie ou un groupe ethnique est un groupe humain possédant un héritage socioculturel commun, comme une langue, une religion ou des traditions communes. Elle diffère du concept de race qui partage des caractéristiques biologiques et morphologiques liées à des ancêtres communs. Il est un concept important de l'ethnologie et de la sociologie.

Le mot dérive du grec ancien εθνος qui signifie « peuple, nation ».

---> NATION : Le sens moderne de nation est assez proche de celui de peuple, mais ajoute souvent l'idée de gouvernement (souhaité, autonome ou indépendant).

Ce terme n'est pas défini juridiquement, toutefois l'usage en politique internationale en fait un équivalent d'État souverain. Par exemple le Ministère des affaires étrangères français expose le système des Nations unies en commençant par donner la liste des « États membres et observateurs », manifestant de ce fait une synonymie entre les termes de nation et d'État.
L'ONU se présente de manière similaire, tout en soulignant qu'un des « buts des Nations Unies énoncés dans la Charte » est le « respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes ».

Un des sens admis en sciences humaines est « une communauté humaine identifiée dans des limites géographiques parfois fluctuantes au cours de l'histoire, mais dont le trait commun supposé est la conscience d'une appartenance à un même groupe ».

Le mot nation vient du latin nascio ou natio qui signifie naître, et le terme latin nation désignait les petits d'une même portée et a signifié aussi groupe humain de la même origine, chez Ciceron le terme natio est utilisé aussi pour désigner une peuplade, un peuple ou une partie d'un peuple

----------------

*** > Enormément de thématiques nous renvoient sur des questions de divisions issues de nos divergences de vues sur ces champs d'échanges ci-dessus cités, pourquoi est-ce que nous en revenons si souvent à nous heurter à ces univers, qui amènent souvent l'incompréhension, l'indignation, voire même une certaine forme de rejet.

Comment résoudrons-nous en l'an 2000 et même 2010 la composition métissée, la différence d'origine à plusieurs degrés quand un parent peut être d'origine étrangère, que penser de l'impact que cela a vis à vis même de la constitution malgache, qui exigerait que les deux parents soient malgaches et de nationalité malgache afin que leur enfant puisse éspérer se présenter au élections présidentielles à âge requis...

Si chacun de nous est bien unique, nous sommes pourtant une foultitude de choses à l'intérieur et à fleur de peau,

si chacun de nous peut avoir poussé son premier cri dans des lieux si différents, comment doit-on ou non légitimer l'attache indélébile malgache bien réelle et indéniable.

Si chacun de nous doit porter en lui le gène avant de pouvoir donner et aimer, comment alors demain sera possible ensemble, quand beaucoup d'étrangers également se sont fortement "intégrés" et participent à chaque tome de l'histoire malgache depuis bien des générations, qui sont-ils...

Question ouverte, débat en marche!


Ethnies Malgaches : Réparti sur tout le territoire, le peuple malgache est divisé en dix-huit ethnies différentes ayant leurs propres coûtumes et moeurs. D'origine distincte, chacune d'elles possède une identité très singulière. Malgré ces différences, tous les clans sont considérés comme Malagasy et même si ils ont chacun leur propre dialecte, le "malagasy ofisialy" (malgache officiel) reste la langue commune
Ethnies Malgaches : Réparti sur tout le territoire, le peuple malgache est divisé en dix-huit ethnies différentes ayant leurs propres coûtumes et moeurs. D'origine distincte, chacune d'elles possède une identité très singulière. Malgré ces différences, tous les clans sont considérés comme Malagasy et même si ils ont chacun leur propre dialecte, le "malagasy ofisialy" (malgache officiel) reste la langue commune

Commentaire :
"ara Boyer-Rossol Débat très intéressant, à booker comme sources annexes pour ma thèse! En revanche, une seule chose, SVP STOP LES "18" ETHNIES DE MADAGASCAR, c'est une CONSTRUCTION COLONIALE et ça n'a aucun sens, tant du point de vue sociologique que historique (soit on considère quelques grands groupes tels que Sakalava, Merina, soit une multitude d'ethnies pour l'ensemble de la Grande Ile).

Enfin, concernant les Africains déportés à Madagascar (c'est précisément mon sujet de recherche depuis 6 ans), ils ne sont pas seulement venus travailler dans de grandes plantations, mais bon là je chipote...

LES HISTORIENS SONT LA (et surtout tentent de le rester car on ne nous octroie pas beaucoup de moyens pour réaliser des travaux longs et fastidieux).

Je félicite la démarche d'Erika qui ouvre ce type de débat et oeuvre pour la DEMOCRATISATION DE L'HISTOIRE DE L'AFRIQUE ET DE MADAGASCAR."

1 commentaire:

  1. Tout à fait d'accord avec les notions d'ethnies à Madagascar. Les zanatany peuvent être des vazaha comme vous l'avez dit ou des malagaches qui choisissent de vivre dans une autre région (différente de sa région d'origine) pour s'y établir (du genre être prêt à adopter les coutumes des locaux, avoir des enfants avec eux, et surtout d'y être enterré) Il y a aussi la notion de valovotaka qui signifie que la personne vit depuis 8 ans dans une région et semble avoir oublié son origine. Enfin, j'aimerai savoir si vous saviez l'origine du mot Madagasikara puisque ça n'a pas du tout de sens en malgache. Alors que chaque nom des lieux et des villes ont des sens en malgache. Mes parents m'ont toujours appris qu'il s'agit de Manakasitsara (manana hasina tsara)!!

    RépondreSupprimer

Cet espace est ouvert à tous, avec toutes les opinions et points de vue, dans le respect de l'autre par la courtoisie, ne nous opposons pas sur les personnes, mais sur les arguments.

Misaotra!